AV

 

Acuité visuelle et les troubles visuels

 

Comment mesurer son acuité visuelle ?

 

L'acuité visuelle mesure la capacité de l'œil à reconnaître un caractère à une distance donnée. Ces caractères sont appelés optotypes. Il peut s'agir de lettres, de chiffres ou de symboles créés pour cette mesure.

La mesure de l'acuité visuelle est basée sur l'optotype le plus petit que la personne est capable de déchiffrer à une distance donnée. Elle est exprimée en dixièmes, par exemple 6/10ème ; 10/10ème ; 12/10ème.

Le processus habituel consiste à demander à la personne de lire les optotypes les uns à la suite des autres, du plus grand au plus petit. Le rapport entre la distance à laquelle l'optotype est lu et la taille de ce dernier permet de définir cette acuité visuelle.

 

La vision de l'astigmate

 

L'astigmate voit de façon déformée de près comme de loin, il confond souvent des lettres proches comme le H et M. Un astigmate a une vision déformée des objets. L'astigmatisme est un défaut de la courbure de la cornée (ou du cristallin) qui agit sur un axe (horizontal, vertical ou oblique) et dénature la vision.

Un verre torique (ou cylindrique), rétablit la bonne perception des axes.

 

La vision de l'hypermétrope

 

L'hypermétrope voit en principe mieux de loin que de près. A l'inverse de la myopie, l'oeil est trop petit ou pas assez puissant.

Le foyer image se forme derrière la rétine, le cerveau reçoit une image floue.

Un verre convexe (ou positif), augmente sa puissance, et ramène le foyer image sur la rétine en faisant converger les rayons.

 

La vision du myope

 

La myopie se traduit par une gêne pour voir de loin, laquelle est en principe moins importante en vision rapprochée.

Un oeil myope est un oeil trop long ou trop puissant.

Le foyer image se forme en avant de la rétine, le cerveau reçoit une image floue.

Un verre concave (ou négatif), diminue sa puissance et transporte le foyer image sur la rétine en faisant diverger les rayons.

 

La vision du presbyte

 

La presbytie n'est pas une amétropie. Elle est physiologique et gêne notre vision de près vers la quarantaine.

La presbytie n'est pas un défaut de réfraction mais un vieillissement inévitable du cristallin. Au fil du temps le cristallin perd de son élasticité et ne peut plus assurer l'accommodation pour des objets proches. La presbytie se combine avec les autres défauts optiques de l'œil.Le presbyte est obligé de lire son journal à bout de bras, mais voit distinctement des objets éloignés.

Un verre convexe (ou positif), compense le manque d'accommodation du cristallin.

Seul un examen visuel complet réalisé par un ophtalmologiste permet d'identifier ces défauts visuels et de prescrire une correction optique adaptée.